Cayo Alcatracito, Cuba

Dimanche 19 Mai 2024

Dimanche nous tentons de renouveler l’expérience de la pêche à la langouste mais elles devaient respecter le jour du seigneur car la seule débusquée fut plus forte que nous et je n’ai pas été assez dextre pour coincer dans mon filet ce met fuyant devant le pic du zélé Stéphane.

Nous rentrons donc bredouilles mais émerveillés par la faune et la flore sous-marines  qu’il nous est donné d’admirer. Cette chasse valait bien un apéro des MIS épuisés sur Mahoa – le A s’étant disqualifié et les antagonismes avec cette lettre irrémédiablement confirmés avec le I.

Le soir nous voyons arriver de loin et battant pavillon anglais un catamaran FP Salina 48 répondant au nom de Lydia 1 qui vient mouiller un peu plus loin. C’est le premier bateau que nous croisons depuis la Marina Marlin de Santiago.

Jean Christophe, Pamela,  et Lancelot 6 ans, venant du Venezuela, Colombie, et Panama, en route vers Aruba, viennent nous dire bonjour car ce sont des …. Français. Incroyable !

Et, je vous le donne en mille, sont natifs de …. de ….. des Alpes Maritimes, et plus précisément de ….. de …… (cela ne parlera qu’à S.et F.) …. Tourrettes-sur-Loup, que nous connaissons très bien. Pamela a travaillé comme Ostéopathe à Monaco avant d’aller vivre d’autres expériences avec Jean Christophe à Dubaï, pays où Lancelot est né . Je suis épatée par Lancelot parfaitement bilingue anglais / français , sa maturité et son élocution. Il lit déjà couramment des livres de plusieurs pages. Je remarque d’ailleurs que tous les enfants en bas âge que nous avons croisés à bord des bateaux semblent plus matures, plus curieux, plus en avance et plus indépendants.

Le soir nous dînons tranquillement à 2, profitant de la brise de notre terrasse pour nous rafraichir sur cette mer à toujours 32 degrés devenue lac.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *