Cayo Chiquito (ou cayo zaza de fuera)- Cayo Blanco, Cuba

Mardi 21  Mai 2024

Hier soir, en fait, pas d’apéro,  le vent et la mer n’étaient pas propices aux sorties de dinghys pour nous rejoindre. Mais nous avons échappé à la pluie.

Dis Papa à quoi ça sert des voiles sur un bateau à Cuba ? A rien mon fils , c’est juste pour être vus de loin. Tu as d’autres questions ?

Nous voilà donc repartis ce matin pour plus de 7h00 de moteur . ARGHHHH ! GRHHHH ! 

Le ronron nous endort. 

Nous croisons un catamaran au mouillage sur une petite île mais sans AIS puis toute une flotille de petits bateaux de pêche à l’oeuvre. Les frégates (les oiseaux pas les avions, pfttt ! tsss ! ) tournent en rond autour des bateaux, un signe qui ne trompe pas, il y a du poisson dans l’air (euh ! ben non ! en dessous, dans la mer ! tébèt’toi !) .

Nous nous approchons et apostrophons les marins pour savoir de quoi il s’agit et surtout s’ils ont quelques produits à nous vendre. Nous apprenons qu’il s’agit une flotille de l’état et que la saison de la pêche à la langouste est terminée pour cause de reproduction (ce dont nous nous doutions déjà puisque au Bahamas elle était interdite depuis le 31 mars 2024) . Le seul poisson qu’ils pêchent ce sont des Pargos et après traduction : des vivaneaux  (je ne connais quand même pas le nom de tous les poissons en espagnol) dont ils sont prêts à nous céder quelques prises moyennant espèces sonnantes et trébuchantes, ils ne semblent rien avoir à faire de nos verroteries.

Un petit coup de VHF pour savoir qui en veut et ce seront 3 pargos à acheter , 3 pas 4 bien sûrs car la bêtise et l’orgueil vont se placer très loin. Les pargos sont énormes, nous leur demandons de lever les filets ce qu’ils font volontiers et, à l’arrivée chaque pargo contient 4 filets de l’ordre de 350 gr chacun.  Belles bêtes. Je ne discute pas vraiment le prix demandé, parce que je ne sais pas faire et je déteste cela et puis nous y serions encore et  nous passons de 20 dollars à 15 dollars pour les 3 poissons, plus mon petit sac étanche en forme de poisson gadget acheté sur un salon nautique (un des pêcheurs me l’a gentiment demandé pour sa femme ) . Je n’allais pas discuter les prix comme un marchand de tapis pour un poisson qui peut faire 4 repas pour un couple soit : 5 euros le poisson divisé par 4 repas : 1,25 dollar le repas par couple, que l’on paierait plus de 8 dollars en France.

Les marins n’ayant pas une mine patibulaire mais presque , comme aurait dit Coluche, nous ne souhaitons pas accoster notre catamaran le long de leur bateau, et  je me rends donc en Kayak pour procéder à l’échange dollars/filets et fait dans la foulée Deliveroo pour Mahoa qui est tout le temps resté  à côté de nous . Quant au 3eme acheteur Seas to See il a continué son chemin à côte du A.  Il viendra donc chercher ses filets au mouillage.

Nous mouillons quelques miles plus loin à Cayo Blanco. Un bar y est installé ainsi qu’une plage avec des transats et 2 catamarans de promenade diurnes. Toutefois lorsque nous mettons pied à terre nous nous rendons compte que le bar/resto assez sommaire de la plage est fermé. Le seul employé présent nous dit que c’est la saison morte faute de touristes et qu’il y a donc relâche et travaux d’agrandissement de la terrasse en cours. Saison morte vous dites ? merci on s’en est bien rendu compte .

Après quelques brasses à la recherche de belles patates nous ne rencontrons que de la feuille de chêne rouge sous-marine et quelques énormes étoiles de mer aux tatouages marocains de henné – j’ai vérifié elles n’étaient pas voilées –

Ce soir si le temps le permet, les MIS partagerons quelques filets de nos achats pour un diner sur Ile de Rey . Pas d’achat, pas de partage, les A n’ont pas été conviés….

Il fait toujours aussi chaud et moite et la mer est toujours à 32 degrés, on ne change pas une équipe qui gagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *